Le mysthère de L'Ascension

Publié le par le mejiste

 Ascension 192A  En latin, ascensio « action de monter » vient du verbe ascendere (ad-scandere) « monter vers ». L’Ascension du Seigneur est la Solennité célébrée au quarantième jour après Pâques.

 

Dès la Résurrection, l’humanité de Jésus est toute revêtue de la Gloire du Père ; mais le Christ glorieux « séjourne » près des siens pour affermir leur foi, grâce aux manifestations dont il les favorise.

 

Les quarante jours (A c 1, 3) qui prolongent la vie terrestre de Jésus sont liés à la symbolique de la quarantai ne, laps de temps convenant aux grandes expériences de Dieu (cf. Ex 24, 18 ; 1 R 19, 8 ; Mt 4, 2). Au terme de ce délai, Jésus « monte » au ciel pour être à demeure avec le Père, assis à la droite de Dieu.

Il ne s’agit pas ici d’une donnée secondaire de la foi chrétienne, mais d’un article du Credo, manifestant la seigneurie du Christ, telle que les premières professions de foi l’affirmaient (Ac 2, 33 ; 7J 55.56 ; Ps 109, 1 ; Mt 22, 44 ; 26, 64 ; Mc 16, 19 ; Rm 8, 34 ; 1 Co 15, 25 ; Ep 1, 20 ; Col 3, 1 ; He -1, 3.13 ; 8, 1 ; 10, 12 ; 12, 2 ; 1 P 3, 22). 

 

Le mystère de l’Ascension représente les prémices de l’entrée de tous les chrétiens dans la Gloire.

Pour l’humanité du Christ, l’insertion dans la vie trinitaire est désormais consommée, ce qui procure une joie très profonde aux amis de Jésus, et ce qui leur donne l’assurance de leur prochaine exaltation. En effet, nous sommes les membres de son Corps : la vie de la Tête est déjà la nôtre ; la liturgie ne cesse de nous communiquer, par l’Esprit Saint, l’influx de notre Chef.

 

 

Nous pouvons bien résider sous les nuages, soumis à toutes les tempêtes, mais déjà « notre cité se trouve dans les cieux, d’où nous attendons ardemment, comme Sauveur, le Seigneur Jésus Christ, qui transfigurera notre corps de misère pour le conformer à son corps de Gloire, avec cette force qu’il a de pouvoir même se soumettre toutes choses » (Ph 3, 20-21).

La communion eucharistique, qui nous fait assimiler le Christ glorieux et qui nous assimile à lui, est une anticipation de notre « résidence » dans le sein du Père, tout près du Fils.

Publié dans Enseignement

Commenter cet article