Le rôle de la religion et de l’ethnicité dans les conflits en Afrique de l’Ouest

Publié le par le mejiste

                       

st-esprit.jpg

    

Le rôle de la religion et de l’ethnicité dans les conflits en Afrique de l’Ouest.

 

c'est autour de ce thème d'actualité que se sont réuni 25 experts africains de la sous région à GOREE INSTITUT en vu d'apporter une contribution aux résolutions des crises socio politiques qui jalonnent l'afrique et particulièrement la zone ouest africaine.

 

voila résumé ici le contenu de ce séminaire  est pour nous d'un apport opportun et très important dans la gestion des crises en afrique.

 


Sommaire 

L’année 2010, marque le cinquantenaire de 17 pays africains, mais aussi une étape importante dans leur évolution politique, économique et socio-économique. Apres 50 ans,  le bilan africain n’est pas très positif, parce que le continent est perçu comme étant celui qui a le plus grand nombre de coups d’états, de guerres et conflits armés régionaux, et aussi le plus haut seuil de pauvreté. En effet, cette situation a engendré des difficultés d’ordre politique, économique et social, ce qui a pousse les populations à se replier sur leur appartenance ethnique ou a s’orienter vers les autorités coutumières ou religieuses.

 

La question qui demeure est : «  si l 'ethnicité et la religion sont les problèmes ou si c’est leur utilisation présente en tant que outils de division  ». Nous avons vu des exemples de la période coloniale jusqu'à nos jours où le recours à l'ethnicité dans la politique, notamment dans le cadre de campagnes politiques, est une pratique régulière.

Quel que soit le cas, on ne peut ignorer l'aspect psychologique de l’appartenance ethnique et  religieuse. Trouver des solutions à cette manifestation de l'identité ethnique et religieuse, fondée sur la réalité sociale, culturelle, politique et économique des pays d'Afrique de l'Ouest, sera crucial pour la prévention des conflits et la gestion de la sous-région

Le séminaire de réflexion à Gorée Institute, sur les 12 et 13 avril, a réuni 25 penseurs et experts de la sous-région pour la réflexion profonde sur les thèmes définis. Le séminaire a été  l'occasion d'échanges fructueux et de partage d'idées générales sur les défis, les approches et les solutions à la question du rôle des jeunes et des étudiants en conflit.

 

Texte principal

L’impact désastreux des conflits sur les populations dans la sous région et les référentiels identitaires très souvent invoqués pour justifier les interventions militaires, les expéditions punitives et les mobilisations guerrières, ont mené Gorée Institute , a élaboré de nouvelles approches pour examiner le contexte. C’est dans cette optique qu’il a organisé ce séminaire invitant à réfléchir sur la thématique : «  Le Rôle de la Religion et de l’Ethnicité dans les Conflits en Afrique de l’Ouest ».

Les objectifs de ce séminaire de réflexion étaient :

  • L'échange fructueux d'idées entre les participants
  • Identifier les lacunes d ans la recherche sur les thèmes identifiés
  • Déterminer s'il existe une spécificité de ce problème à la sous-région
  • Identifier les raisons de la tolérance ethnique et religieuse dans certains pays  
  • Identifier le rôle de la religion et l'ethnicité comme un instrument de consolidation de la paix 
  • Contribuer aux approches novatrices de recherches sur le sujet
  • Détailler les défis actuels posés par les thèmes identifiés sur la paix et la sécurité
  • Analyser en profondeur les solutions existantes et envisager leur application dans la pratique
  • Contribuer à des solutions aux défis identifiés
  • Identifier les pays où la situation de besoin d'une attention particulière

Les participants de cette réflexion ont eu à faire des exposés riches et détaillés sur la situation de l’Afrique de l’ouest et sur les concepts de l’ethnicité et de la laïcité sur le continent. Les participants ont commencé par réfléchir sur deux grandes questions :

  • Peut on vivre ensemble dans et avec nos différences ?
  • A quel moment la rupture communautaire devient il conflit ?

Ces deux questions ont permis de dégager quelques points intéressants tels que :

  • La notion de la Nation et de l’Etat ;
  • Des conflits issus de l’exploitation des ressources mais aussi à l’appartenance religieuse
  • Du rôle des intellectuels dans les conflits
  • Au rôle intégrateur que les populations transfrontalières peuvent jouer ;

A cet effet les cas de la Cote d’ivoire, de la Guinée, de la Sierra Leone, du Ghana, du Nigeria et du Liberia ont été évoqué, le point central entre ces pays et la relation entre les l’ethnicité et la religion comme un facteur déclenchant des conflits et aussi la l’incapacité des gouvernements à régler les conflits domestiques. Par ailleurs, le rôle des chefs religieux ont été considéré critiques dans la résolution de ces conflits parce qu’ils sont dans certains cas le pilier de la communauté.

 

Points clés

Ces deux jours ont permis les participants de faire une évaluation de la situation en Afrique de l’Ouest. Les différentes présentations ont permis d’avoir une vue d’ensemble manifeste  de cette partie du continent qui est plus ou moins instable. Ces présentations ont aussi permis de recadrer les objectifs de ce séminaire de réflexion dans le but de trouver des solutions adéquates à ces problèmes latents.

  • Politisation des questions ethno religieuse
  • Rôle des facteurs externes
  • L’accès aux ressources
  • Le legs colonial
  • Les conflits transfrontaliers
  • Crise de l’Etat Nation et la citoyenneté
  • Religion Ethnicité dans la résolution des conflits
  • Le contrôle du Pouvoir
  • Le rôle de la société civile.

Apres de longs et fructueux échanges, ces deux jours ont mis en exergue les problèmes et les solutions pour une meilleure gestion et prévention des conflits. Il est important de noter que la collaboration entre les sociétés civiles, les gouvernements et les  guides religieux ont été considéré comme cruciale pour la bonne marche d’un pays. Les travaux de groupes ont permis de proposer une centaine de solutions, les plus pertinentes sont ci- après.

  • la préservation de la laïcité des Etats de l’Afrique de l’Ouest ;
  • faire des écoles internationales de la sous région des viviers pour la création de réseau de  la paix et de la citoyenneté ;
  • le renforcement des capacités de nos gouvernements dans les négociations au sujet des exploitations des ressources ;
  • collaboration de la société civile avec l’Etat pour la résolution des conflits
  • une éducation civique des populations ;
  • la mise en place d’espace de concertation intra confessionnel et interprofessionnel pour la prévention et la résolution des conflits ;
  • encourager un dialogue interreligieux
  • une coopération militaire à travers des patrouilles conjointes le long des frontières ;
  • une coopération entre civil et militaire pour un contrat de confiance pour des relations renforcées ;
  • Participer activement dans la prévention des conflits
  • Intervenir dans la résolution des conflits en amenant les protagonistes à dialoguer autour d’une table ;

Les rôles de la religion et de l'origine ethnique dans les conflits en Afrique de l'Ouest semblent être critiques. Toutefois, la complexité de ces sujets permet la distinction entre leur rôle dans la cause de conflits ou s'ils sont une conséquence des conflits, reste extrêmement floue. En tout cas, il est évident qu’ils y occupent une grande place, comme en atteste la plupart des conflits dans la région.

Commenter cet article